Nora (de Léa Mazé)

nora léa mazéLes parents de Nora déménagent. Ils confient la fillette à son oncle dans une ferme à la campagne. Nora n’est pas ravie du tout et elle sait bien se faire comprendre : boudeuse, ne parlant pas, elle va tout de même petit à petit découvrir les joies de la nature, de la solitude, espionner une vielle femme seule, trouver une cachette dans un arbre immense et se lier d’affection pour la chatte de la maison…

Roman graphique initiatique, Nora est un bien joli album emprunt de poésie. La fillette se retrouvant en pleine campagne va trouver des réponses à ses questions d’enfant sur la vie, la mort, l’amour ou encore la solitude.
Emplis de charme, les dessins dans les tons sépia dégagent une douceur surannée propice à la rêverie. La ferme de l’oncle est une bâtisse apparaissant immense aux yeux de l’enfant, la nature est là, belle grande et majestueuse et Nora va expérimenter ses premières vacances dans cet endroit au charme calme.
Un album tendre et enchanteur aux dessins magnifiques (oui je sais ça fait beaucoup de qualificatifs) à conseiller à petits et grands… On en demanderait presque plus de pages ;)

IMG_1974

IMG_1976

 

Nora, de Léa Mazé
Editions de la Gouttière, 2015, 70 pages
Vous aimerez peut-être :
Publié dans Albums | Marqué avec , , | Un commentaire

Perdue et retrouvée, Cat Clarke

perdue et retrouvée_cat clarkeUn nouveau Cat Clarke ne se refuse pas. Cette fois l’auteure a décidé de s’attaquer au thème de la disparition d’enfant. Sujet ô combien douloureux et délicat. Mais nous sommes habitués à ce que l’auteure ne choisisse jamais des sujets faciles.
Laurel Logan, 6 ans, disparaît alors qu’elle jouait dans le jardin de ses parents. Pendant 13 ans sa famille ne cessera de la chercher : enquêtes policières, vues médiatiques, Laurel est l’enfant dont la presse et les badauds ne cessent de parler. Jusqu’à ce qu’elle réapparaisse exactement à l’endroit de sa disparition. Elle a 19 ans.
L’histoire est narrée du point de vue de Faith, soeur cadette de Laurel qui a grandi dans l’ombre de la disparition de son aînée mais qui a toujours essayé de mener la vie la plus ordinaire possible. La réapparition de Laurel va chambouler son quotidien et la jeune fille va se sentir tiraillée entre le besoin de la protéger, le bonheur de l’avoir retrouvée et un sentiment d’égoïsme voire d’infériorité somme toute légitime puisque Laurel se révèle être au centre de toutes les attentions notamment de celui de leur mère qui reprend vie depuis les retrouvailles.
Comme toujours chez Cat Clarke les personnages (-adolescents notamment- nous sommes dans la littérature ado) apparaissent dans toute leur humanité, ils s’interrogent, ont des failles et ne ressemblent pas à des stéréotypes. Questionnement adolescents, tolérance (il est question de couple gay et de « première fois ») Cat Clarke continue à toucher à des sujets contemporains et je trouve qu’elle le fait bien.
Comment retrouver un équilibre suite à ces retrouvailles ? Qui est l’étrange Laurel ? Cache t-elle quelque chose ? L’histoire prend des accents de thriller jusqu’à la révélation finale -bien sombre et un peu trop vite expédiée – qui de mon point de vue manque légèrement de crédibilité. Mais l’essentiel de ce roman restera pour moi le portrait adolescent dans lequel les jeunes se reconnaîtront certainement.

Perdue et retrouvée, Cat Clarke (The Lost and the Found, 2015)
Robert Laffont, Collection R, 2015, 406 pages
Traduit de l’anglais par Alexandra Maillard
Vous aimerez peut-être :
Publié dans Angleterre, Enfants / Ados | Marqué avec , , , | Un commentaire

Une tarte pour les quiches

Parce qu’on a tous été une quiche en cuisine et que cette tarte là est inratable et délicieuse. C’est la tarte de mon enfance, enfin, je mens un peu parce que souvent on la mangeait en automne/hiver avec des tomates pelées en boîte (et c’est un délice aussi, je vous le promets). Nombreux sommes-nous à savoir la cuisiner mais ce n’est pas une raison de ne pas partager les bonnes choses. Avec une salade en accompagnement et pourquoi pas un petit verre de blanc bien frais, voilà de quoi se sustenter avec délice de façon équilibrée.

 

tarte à la tomate

Tarte à la tomate

Ingrédients :
– une pâte brisée (ou feuilletée)
– de la moutarde forte
– des tomates of course
– des tranches de fromage (ici je prends des tranches type fromage à croque-monsieur)
– Epices ou herbes (basilic, origan, coriandre, herbes de provence, … le choix est vaste !)
– Sel, poivre

IMG_2899

Etapes :
Préchauffer le four à 200°
Foncer un plat à tarte avec la pâte et tartiner de moutarde. Placer ensuite les tranches de formage jusqu’à ce que celui-ci recouvre toute la moutarde.
Disposer les tomates préalablement coupées en tranches. Puis saupoudrez de sel et des herbes/épices. Et éventuellement de gruyère râpé voire de thon émietté.
Enfourner pendant 30 à 45 minutes.
Vite fait, bien fait, délicieux.

IMG_2896

Vous aimerez peut-être :
Publié dans Les ptits creux | Marqué avec , , , | Un commentaire

(DIY) Débuts au crochet & Projet Sunny Spread

Changement de registre aujourd’hui, j’ai envie d’épingler une de mes petites occupations du moment. Déjà longtemps que cela me titille : apprendre le crochet. Tellement de jolies choses vues ici ou là. Mais ce ne fut pas une mince affaire : il y a environ dix ans j’avais acheté un kit pour débuter, que j’ai abandonné rapidement faute de dextérité….. Impossibles ces schémas et ces explications sur un mini livret de 3 pages, j’ai fini par me dire que je n’étais absolument pas faite pour ça avec mes deux mains gauches.
C’est tout de même resté en sommeil toutes ces années. Et en me promenant sur les blogs des crocheteuses il y a quelques mois l’envie est revenue. Notamment grâce au Sunny Spread. Un plaid fait de grannys en forme de soleil (Sunny Spread Google images).
Alors dans le but de réaliser un jour ce joli plaid j’ai voulu m’y remettre et commencer par de petites choses. C’était il y a 2 mois. Voyez plutôt :

fleur sous verre crochetA gauche l’un des mes premiers essais. Moquez-vous. A droite le second (pas encore ça)
Le tuto de ces sous-verres ici.

Les débuts n’ont pas été simples. J’ai défait, refait, appelé à l’aide sur Instagram (merci encore aux chouettes nanas qui m’ont dépannée !) et me suis fait des noeuds au cerveau accessoirement.
Mais surtout j’ai découvert les tutos internet et les vidéos Youtube. Youtube fut la bénédiction.  Si vous souhaitez apprendre à crocheter je vous encourage à y jeter un oeil notamment les tutos de KnitSpirit mais il y en a pleins d’autres, je me suis régalée ! Merci aux filles qui postent ces modes d’emploi, une merveille, cela m’a beaucoup servi !

Et puis j’ai bavé un moment sur les ChouetteKit (sans rire ces kits sont magnifiques !) Alors un jour j’ai commandé, évidemment. Et pu réaliser mon tout premier amigurumi, le chaours.

Chaours ChouetteKit

ChaoursChouetteKit

Maintenant que je commence à être rodée me suis-je dit, il est temps…
Mélo, tu peux le faire, commande ton fil pour le Sunny Spread.
Je n’avais juste pas prévu que ce serait…. très long. Mais qu’importe. Arrivera bien le jour où mon plaid sera terminé ;-p

Au jour d’aujourd’hui j’en suis à 28 carrés. Il me faut une heure pour faire un carré de A à Z. Et il me faut beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup de carrés pour recouvrir mon canapé. Oui je souhaite recouvrir mon canapé. Pas la simple couverture, non, je suis folle ambitieuse.

Peut-être vais-je faire moins de carrés et monter mon plaid comme ceci : (désolée je n’ai plus la source de cette photo mais n’hésitez pas à vous manifester que je retire ou mette un lien)

b9d641a9c55e5c8b7c51dbe52295e62d

juste magnifique celui-ci

Mais en attendant j’en suis à 28 sur plusieurs centaines….

Sunny Spreadj’en suis là…
Pour les petits détails : Crochet n°4 et Phil Coton 4 de chez Phildar.

Tuto du Sunny Spread : ici.

Dans le même temps je fais la pointe agave du Chouette Kit n° 16 mais je n’avance pas super vite, je montrerai une fois finie.

pointe Chouette Kit

Bon ben…. A suivre ?

Et vous, vous crochetez ? Tricotez ? N’hésitez pas à me laisser les liens de vos blogs DIY.

Sunny Spread

Publié dans Crochet, DIY | Marqué avec , , , , | 15 commentaires

Rebecca, Daphné du Maurier (lecture audio)

Rebecca, daphné du maurier

« Il ne m’appartenait pas du tout, il appartenait à Rebecca. Elle était toujours dans la maison, comme Mrs Danvers l’avait dit, elle était dans cette chambre de l’aile ouest, elle était dans la bibliothèque, dans le petit salon, dans la galerie au dessus du hall. Même dans le petit vestiaire où pendait son imperméable. Et dans le jardin, et dans les bois, et dans la maisonnette en pierre sur la plage. Ses pas résonnaient dans le corridor, son parfum traînait dans l’escalier. Les domestiques continuaient à suivre ses ordres, les plats que nous mangions étaient les plats qu’elle aimait. Ses fleurs préférées remplissaient les chambres. Rebecca était toujours Mme de Winter. Je n’avais rien à faire ici. »

Si mes souvenirs sont bons je n’avais jamais lu Rebecca jusqu’au bout. J’avais cette édition du livre de poche de 1939, avec l’envie de le reprendre puis la non-envie. Un classique qui me laissait un peu mitigée, peur de m’ennuyer, des longues descriptions et du côté un peu désuet de cette lecture. Peur que cela me prenne des plombes pendant que les romans récemment acquis attendraient avec impatience que je les ouvre. Puis je me suis mise au crochet… Et pour occuper mes oreilles pendant l’enchaînement des points j’ai découvert la lecture audio qui n’avait jamais réussi à m’intéresser auparavant…

IMG_1447 J’ai donc pu découvrir la nouvelle traduction d’Anouk Neuhoff (Albin Michel) parue en février de cette année lue par Virginie Mery dans la version audio. 15h54 d’écoute et des passages coupés réinsérés. En comparant parfois l’édition du livre de poche avec cette nouvelle traduction j’ai pu me rendre compte du travail de qualité réalisé. Le texte est plus fluide, moins brut.
Même si la voix de la lectrice m’a parue parfois un peu forcée ce fut un réel plaisir de redécouvrir Manderley par les yeux de la « nouvelle » Mrs de Winter. De faire face au côté sombre de Maxim, de trembler lorsqu’apparaît Mrs Danvers et de m’attendre à croiser Rebecca au détour du cabanon sur la plage. Je me suis sentie proche de la narratrice, sa timidité, son déplaisir pour les mondanités, sa simplicité.
Une lecture très sympa que je n’aurais peut-être jamais réalisée sans l’existence de la version audio…. Comme quoi.

Si vous avez envie de (re)découvrir Rebecca, foncez donc vous procurer cette nouvelle traduction, elle est vraiment aboutie, je crois.

Rebecca, Daphné du Maurier (1938)
Albin Michel, Traduction de Anouk Neuhoff (2015)
Audiolib (2015)
Vous aimerez peut-être :
Publié dans Angleterre, Classiques | Marqué avec , , , | 4 commentaires

Ce n’est pas toi que j’attendais – Fabien Toulmé

ce n'est pas toi que j'attendais Fabien toulmé

Au début de cette BD j’étais en colère. En colère contre ce jeune papa que je trouvais égoïste. Il y a plus difficile dans la vie que d’avoir un enfant trisomique me suis-je dit. C’était un petit coup de calgon, dû, je pense, au fait d’avoir traversé et de traverser encore des galères autrement différentes mais galères tout de même. Un petit coup de calgon car cela me fait mal au bide de voir comment nos sociétés rejettent la différence. Pour moi les enfants trisomiques sont de petits rayons de soleil et justement dans la BD il y a cette planche qui raconte qu’au Brésil « ils ont une façon un peu plus optimiste de parler des enfants trisomiques. Ils disent qu’ils s’agit d’un enfant spécial. Spécial au sens d’exceptionnel ».

IMG_2371

Cela me fait un peu penser à la différence d’accueillir la mort entre pays. Certains célèbrent la personne décédée et font la fête, ici on pleure. Bref sans trop vouloir m’éloigner du sujet j’ai fini par m’attendrir pour ce chemin de vie que nous partage Fabien Toulmé. C’est un sujet qui me touche sûrement plus que je veux bien me l’avouer et malgré ma petite colère du début je trouve important d’en parler, d’en faire des BDs, de dédramatiser et d’informer les tête de cons les adultes qui encore de nos jours insultent la différence. Alors merci pour cette BD Fabien Toulmé et un petit coucou à Julia, Louise, et Patricia.

IMG_2364

Ce n’est pas toi que j’attendais, de Fabien Toulmé
éditions Delcourt, 2014, 253 pages
Vous aimerez peut-être :
Publié dans Bandes-Dessinées | Marqué avec , , | 14 commentaires

Tarte aux cerises

tarte aux cerises

C’est une petite recette trouvée sur un très joli blog, celui de Tangerine Zest que j’ai eu envie de tester illico. J’avais en plus chez moi les 500gr de cerises, il ne me manquait que la pâte et vu la chaleur de ces jours-ci  ET ma flemme légendaire j’ai préféré aller acheter une pâte déjà préparée plutôt que de la réaliser moi-même. Cette tarte fait son petit effet visuellement, un peu façon tarte d’antan, et gustativement l’intérieur ressemble un peu à un clafoutis de cerises. Se mange tiède ou froide, est bonne, pas trop sucrée, juste à point ! Merci Tangerine Zest !

IMG_2325

 

Ingrédients :
Une pâte sablée ou brisée
500 gr de cerises
1 œuf
20 cl de crème fraiche liquide (j’ai pris de la légère)
2 cuillères à soupe de sucre
1 sachet de sucre vanillé
Réalisation :
Préchauffer le four à 190°
Laver sécher puis couper les cerises en deux en les dénoyautant
Etaler la pâte dans un plat
Battre l’oeuf, la crème fraîche et le sucre
Placer les cerises sur le fond de tarte puis recouvrir de la préparation précédente
Saupoudrer de sucre vanillé et enfourner pendant 40 à 50 minutes.

IMG_2286

Vous aimerez peut-être :
Publié dans Les ptits creux | Marqué avec | 2 commentaires